Deleo : La force Cosmic des choses

Il y a des gens pour qui les planùtes s’alignent soudainement et voyant cette magie arriver jusqu’à nous, on les appelle des stars. On a l’impression que c’est soudain, mais que sait-on du chemin qu’il leur a fallu pour en arriver là ? Si ça se trouve, ils ont connu plusieurs morts avant de nous parvenir sous cette forme.

Et nul doute que des alĂ©as de ce genre il y en a eu pour Deleo et leur mastermind songwriter Denis Navarro. Car si la chanteuse est jeune, la musique superbe et le produit lĂ©chĂ© comme tombĂ© du ciel, derriĂšre c’est Denis qui orchestre et le montpelliĂ©rain n’est pas nĂ© de la derniĂšre pluie. Il a grandi avec Depeche Mode, Cure, Joy Division ou Bowie. ADN indie.

Mais comment expliquer le prestige de ce qui naĂźt avec eux ? Que ce quintet n’ait rien sorti et aboutisse dĂ©jĂ  Ă  cette merveille d’album qu’est Cosmic ?

En l’écoutant on est transportĂ© par l’intelligence de jeu et la luxuriance du son. Il agit comme un filtre qu’on n’a jamais entendu et pourtant… Servie par d’imparables mĂ©lodies et ce petit je-ne-sais-quoi de tristesse Ă©thĂ©rĂ©e, cette symbiose de folk, rock et d’électro convie l’auditeur au cƓur d’un tourbillon qui fait les grandes chansons : ce n’est pas qu’on les dĂ©couvre, on les reconnaĂźt. C’était en nous. IrrĂ©solu.

Pleine du charisme des voix chĂšres qui s’étaient tues, relevant par lĂ  comme d’anciens dĂ©fis Ă  la peau dure, Emy Eris, n’a plus qu’à nous cueillir de son chant idoine, familiĂšrement sans pareil lui aussi, tantĂŽt velours tantĂŽt punchy.

Que dire ? Une fĂ©e s’est clairement penchĂ©e sur le berceau de Deleo. Cela devait se faire, atterrir. Et la vie est faite d’accĂ©lĂ©ration, parfois les choses vont vite. Cherchant quelqu’un pour leur bio, Denis est tombĂ© sur moi. DĂ©lais shorts, dispos minces. « Voyons, si je vibre Â». Et j’ai senti monter le feeling.

J’écoute un morceau, « Unfair Â». Wow, on est dans un truc large, Ă©motionnel. Amplification du feeling. Texto. Lapsus de clavier. « Bonheur Denis Â» au lieu de « Bonjour… Â». Confiance, laissons. Appel. « A mon avis il ne faut pas insister sur le cĂŽtĂ© rock ou Ă©lectro, indie ou non, mais dire que vous Ă©voluez dans une sphĂšre qui embrasse les genres Ă  la London Grammar, The xx ou Florence and the Machines. Â»

Banco. Envoi du 12 titres. Une Ă©coute. DĂ©lirante. Idyllique. 23h. Presque minuit. Se retenir. Envie de l’appeler. Pendant. AprĂšs. De lui dire. « Mais Denis, c’est dĂ©ment ! Â»

Le lendemain, heartbreak au tel. Tant de choses se sont bousculĂ©es en moi en une seule Ă©coute de Cosmic, des choses qui m’ont fait reprendre ce dĂ©licieux dialogue pop que je n’avais plus… Je lui en tais la plupart.

« Mec, quelle palette, il y a lĂ  toute ma discothĂšque… Â». D’Audioslave Ă  Taylor Swift. Parce qu’il y a mĂȘme cette dimension soft club qui permet de s’étourdir en douce – midnight midinette – sous des dancefloors lactĂ©s. « … Je vois d’ici la tienne ! Â»

Je lui parle de Texas, de Archive. Il enchaĂźne Radiohead, Garbage et Cranberries. Je lui dit que leur son est fou, que ça pourrait ĂȘtre too much mais « tout est fluide et vous savez crĂ©er de la respiration, faire varier les ambiances Â». « On a de la chance, on bosse avec le producteur des premiers albums de Keane, Dido, Annie Lennox Â». C’est mĂȘme comme ça que Deleo est nĂ©, lorsqu’il s’est associĂ© Ă  James Sanger (l’homme aux 67 millions d’albums vendus dans le monde en tant qu’artiste, producteur, arrangeur, ingĂ©-son). C’est ensuite qu’il a rencontrĂ© Emy, Nicolas Gaeremynck (guitare), Romain Viguier (clavier, basse), Robin Olivier (batterie) et qu’ils ont alors mĂ©langĂ© leurs pinceaux, donnant vie Ă  cet Ă©difice, fusĂ©e.

Sans qu’on se le sache, la bio s’écrit Ă  mesure qu’on discute. Il faudrait presque la taire, mais il faut que vous sachiez. On tient lĂ  une entitĂ©, que le monde va nous envier. Pardon : chĂ©rir. D’ailleurs je lui dis : « Le seul bĂ©mol qui me vient c’est : que faire aprĂšs un premier album aussi fort ? Â» Ils en dĂ©voileront 4 morceaux via un EP prĂ©vu pour mai 2020. Ce sera Unfair. L’album, lui, Cosmic, sortira en novembre.

Il y a des gens pour qui les planĂštes s’alignent soudainement. Voyant tout Ă  coup cette magie arriver jusqu’à nous on les appelle – au bout de l’histoire – des stars. Ce qu’ils sont vraiment. Brillant. Mais n’est-ce pas notre destin Ă  tous si on accepte l’invitation qui nous est faite ?

Site officiel de Deleo

Soundcloud du groupe

Clip de leur single “Unfair”

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous Ă  la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire